19 octobre 2007

Le public, toujours magistrat en son âme simple

Salut les aminches ! Je voulais mettre ce texte en ligne le jour de la diffusion du docu-fiction sur HB mais impossible, jusqu’à ce matin, de retrouver ce fichu bouquin. Ce livre c’est La vie dans les plis de Henry Michaux. On se souvient que l’origine du blaze d’Érick Schmitt avait été expliquée ainsi : HB = Human Bomb = La bombe humaine, tube immortel de Téléphone. Sans doute. Il y a pourtant ce poème de Michaux intitulé...

Homme-Bombe

Non, je n’ai pas d’usine, pas d’outils. Je suis un des rares hommes-bombes. Je dis rares, car s’il en est d’autres, que ne l’ont-ils déclaré un jour ? Il est vrai, il demeure possible qu’il y en ait eu. Nous sommes obligés à quelque prudence.

« Eclater, ça peut-être dangereux un jour », pense le public.

Après tuer, les caresses. « Qu’il dit, pense le public, mais s’il demeure dans le tuer, s’il s’enfonce dans le tuer, s’il réalise enfin le tuer » et le public, toujours magistrat en son âme simple s’apprête à nous faire condamner.

Mais il est temps de nous taire. J’en ai trop dit.

A écrire on s’expose décidément à l’excès.

Un mot de plus, je culbutais dans la vérité.

D’ailleurs je ne tue plus. Tout lasse. Encore une époque de ma vie finie. Maintenant, je vais peindre, c’est beau les couleurs, quand ça sort du tube, et parfois encore quelque temps après. C’est comme du sang.

Posté par davidram à 11:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Le public, toujours magistrat en son âme simple

Nouveau commentaire